// vous lisez...

Featured

Ordonnance n° 2014-239 du 27 février 2014 relative à l’exercice des professions d’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation et de notaire en qualité de salarié, JORF n°0050 du 28 février 2014 page 3630

Article 1

Après l’article 3 de l’ordonnance du 10 septembre 1817 susvisée, il est inséré un nouvel article ainsi rédigé :
« Art. 3-1. ― L’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation peut exercer sa profession en qualité de salarié d’une personne physique ou morale titulaire d’un office d’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation.
« Une personne physique ou morale titulaire d’un office d’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation ne peut pas employer plus d’un avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation salarié.
« L’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation salarié ne peut pas avoir de clientèle personnelle. Dans l’exercice des missions qui lui sont confiées, il bénéficie de l’indépendance que comporte son serment et n’est soumis à un lien de subordination à l’égard de son employeur que pour la détermination de ses conditions de travail.
« En aucun cas, le contrat de travail de l’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation salarié ne peut porter atteinte aux règles déontologiques de la profession d’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation, et notamment au respect des obligations en matière d’aide juridique et de désignation d’office. Nonobstant toute clause du contrat de travail, l’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation salarié peut demander à être déchargé d’une mission qu’il estime contraire à sa conscience ou susceptible de porter atteinte à son indépendance.
« Les litiges nés à l’occasion d’un contrat de travail ou de la convention de rupture, de l’homologation ou du refus d’homologation de cette convention sont, en l’absence de conciliation, soumis à l’arbitrage du président de l’ordre des avocats au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation, à charge de recours devant la Cour de cassation.
« Un décret en Conseil d’Etat fixe les modalités d’application du présent article, et notamment les conditions dans lesquelles il peut être mis fin aux fonctions de l’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation salarié. »

Article 2

Le premier alinéa de l’article 1er ter de l’ordonnance du 2 novembre 1945 susvisée est remplacé par les dispositions suivantes :
« Une personne physique titulaire d’un office notarial ne peut pas employer plus de deux notaires salariés. Une personne morale titulaire d’un office de notaire ne peut pas employer un nombre de notaires salariés supérieur au double de celui des notaires associés y exerçant la profession. »

Article 3

Le Premier ministre et la garde des sceaux, ministre de la justice, sont responsables, chacun en ce qui le concerne, de l’application de la présente ordonnance, qui sera publiée au Journal officiel de la République française.

Fait le 27 février 2014.

François Hollande

Par le Président de la République :

Le Premier ministre,

Jean-Marc Ayrault

La garde des sceaux,

Discussion

Aucun commentaire pour “Ordonnance n° 2014-239 du 27 février 2014 relative à l’exercice des professions d’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation et de notaire en qualité de salarié, JORF n°0050 du 28 février 2014 page 3630”

Poster un commentaire